Telecom Italia dans le viseur d’Orange ?

telecom italia

Alors que l’on semble s’acheminer vers une consolidation des télécoms à l’échelle européenne d’ici 5 à 10 ans, Télécom Italia intéresserait plusieurs opérateurs et en particulier Orange qui se verrait bien racheter l’ancien opérateur historique transalpin.

Orange en concurrence avec Free pour le rachat de Telecom Italia ?

A l’heure où Orange a semble-t-il mandaté les banques BNP Paribas et Morgan Stanley pour l’accompagner dans sa stratégie de développement – au moment où la construction d’un marché unique des télécoms à l’échelle européenne parait s’accélérer – il est possible de se demander sur qui lorgne le n°1 du mobile en France.

Il semblerait qu’il s’agisse de Télécom Italia puisque l’opérateur transalpin semble promis à l’absorption par un concurrent dans les prochains mois. En effet, après que SFR ait englouti Numéricable, Stéphane Richard, patron d’Orange, avait affirmé que le marché européen se partagerait entre seulement 4 ou 5 opérateurs.

Or, Orange veut en être et cela passe naturellement par l’engloutissement de divers opérateurs nationaux pas encore prêts à se frotter à l’Europe. Télécom Italia fait partie de cette liste et c’est pour cette raison qu’Orange ne serait pas seul sur le dossier.

Vivendi et Xaviel Niel, fondateur de Free, détiennent effectivement un peu moins de 25% du capital de l’opérateur italien. Si cela pourrait permettre de favoriser un rachat par ces deux acteurs, il n’est pas certain que ce soit la volonté du reste de l’actionnariat. Autant dire donc qu’Orange semble tenir la main dans le cas où une possibilité d’acquisition se laisserait entrevoir.

France Telecom Orange Chief Executive Stephane Richard attends the company's 2013 annual results presentation in Paris

Pourquoi un intérêt pour Télécom Italia ?

A l’heure de la possible consolidation des télécoms à l’échelle européenne, Télécom Italia fait figure de proie de premier choix grâce à sa capitalisation à hauteur de 18 milliards d’euros.

Mais ce n’est pas tout puisque si l’opérateur transalpin est l’héritier du réseau fixe italien, il est aussi le leader sur le marché de la téléphonie mobile. Sur ce marché, le groupe est même très présent puisqu’il détient TIM, le deuxième opérateur brésilien. Autant dire donc que Télécom Italia a bien des atouts pour convaincre un potentiel acquéreur.

Il n’empêche que pour l’heure, selon l’opérateur italien, « aucun contact avec des opérateurs télécoms en vue d’une consolidation européenne » n’a été noué.

Il faudra donc attendre pour en savoir davantage…

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*